Paroisse de Fossé – Villerbon

Paroisse
Fossé - Villerbon

Paroisse
Fossé - Villerbon

L’église de Villebarou est sous le patronage de Saint Lubin.

Dans le cartulaire de Saint-Lomer de Blois, on trouve, dans une bulle pontificale datant de 1107 et confirmant les possessions de cette abbaye, dans la liste des églises appartenant à ce monastère, “Villebarou“. C’est la première mention écrite du bourg
de Villebarou. 

L’église est construite en pierres au XIe ou au début du XIIe siècle et est accostée de biens de l’abbaye Saint-Lomer de Blois, dont la grange dimière se trouve juste derrière l’église. La nef de l’église est reconstruite et flanquée de deux collatéraux au XIIIème siècle. Le choeur est rebâti au XVIème siècle. C’est alors qu’un grand cimetière est établi à l’écart de l’église, laissant sur l’actuelle place un petit cimetière transféré au XIXe. Les arrachements visibles sur le pignon du choeur montrent que le projet original était de reconstruire à la hauteur du choeur la nef assez basse de l’église; probablement, les guerres de Religion ont empêché le projet d’être mené à bien.

En 1890, lors de la démolition d’un vieux mur juxtaposé à la façade de l’église, onze pièces de monnaie ont été découvertes, neuf en argent et deux en billon argenté. Il y avait huit blancs deniers parisis frappés en mai 1365, deux petits parisis émis en février 1358 et en janvier 1359 et un esterlin du Prince Noir. La première mention d’un curé date de 1375. On la trouve dans un serment de foi et hommage fait au seigneur de Villeflanzy.

Au XIXe, le bas-côté nord fut prolongé sur la place pour y accueillir la mairie. Au XIXe, l’église est restaurée, une grande partie des mobiliers et autels remplacés. Les vitraux sont faits en 1880-81 par LOBIN, maître-verrier à Tours dans le quartier de Saint-Pierre-Ville. Une des grisailles a été donnée par l’abbé Pierre-Denis PALLY. Les trois verrières du choeur représentent Saint Michel, le Sacré-Coeur, la Vierge à l’Enfant. A noter dans l’église des fonts et un bénitier du XVIIe. 
Présence aussi d’une Vierge à l’enfant, statue de pierre du XIVe (repeinte) et d’un bâton de confrérie (St Lubin) du XVIIIe.